Madrid – Paris – Ailleurs; le droit à l’IVG en danger

Des slogans que l’on croyait tout juste bons à fleurir les expositions ou les documentaires d’archives. Des pancartes datant des années 70 ressorties, réactualisées, pour un combat que l’on croyait gagné. Passage de relais entre les générations, celle de nos mères et de nos grands-mères qui espéraient que le sujet était clos.

En France, les centres IVG ferment par dizaines, l’accès effectif à ce droit est en danger. L’enseignement de l’IVG et le recrutement des médecins le pratiquant sont en baisse. La droite, les droites, remettent en cause l’avortement, la téapartisation de cette droite n’augure rien de bon, encore moins les reculs du gouvernement face à elle sur d’autres sujets.

En France, le gouvernement actuel soutient a priori le droit à l’IVG. La suppression, tardive mais bienvenue, de la notion de ‘situation de détresse’ qui datait de la loi Veil de 1975 et son remplacement par un droit des femmes à choisir est une évidence plutôt qu’un marqueur de courage politique. Mais ça ne suffit pas. L’IVG redevient un sujet de société sur lequel on débat. Ce n’est (toujours) pas une évidence et le libre choix des femmes à disposer de son corps est en jeu. Qu’en sera-t-il de ces questions à la prochaine alternance politique ?

L’Espagne n’est pas un cas isolé, en Europe le droit à l’IVG ne va pas de soi. En Irlande, en Pologne, en Italie, en Espagne donc, ce droit est remis en cause, sujet à des critères, coûteux, de moins en moins accessible. La parole anti-IVG est forte, puissante, organisée, relayée.

Les anti-avortement, les ‘Pro Life’ ne se battent pas uniquement pour voir disparaître l’avortement. Voir l’avortement comme un chemin plus compliqué, plus coûteux, plus douloureux, plus culpabilisant, plus dangereux fait partie de leur combat idéologique.

Le projet de loi contesté supprime le droit à l’IVG en Espagne et n’autorise l’avortement qu’en cas de danger prouvé pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou après un viol ayant fait l’objet d’une plainte préalable. La malformation du fœtus n’est plus reconnue comme une raison valable.

Adopté fin décembre par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, ce texte supprime celui de 2010, voté sous l’ancien gouvernement socialiste, qui autorisait l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse pour toutes les femmes sans justification et jusqu’à 22 semaines en cas de malformation du fœtus ou de grave danger physique ou psychique pour la mère.

Partout dans le monde et donc également en Europe, le choix d’avoir un enfant ou non, le droit de disposer de son corps quand on est une femme reste un combat et ce serait une grave erreur de penser qu’il ne nous concerne pas tou-te-s.

Manifs janvier Paris 016

Manifs janvier Paris 026

Manifs janvier Paris 037

Manifs janvier Paris 043

Manifs janvier Paris 047

Manifs janvier Paris 056

Manifs janvier Paris 072

Manifs janvier Paris 083

Manifs janvier Paris 110

Manifs janvier Paris 115

Manifs janvier Paris 116

Manifs janvier Paris 136

Manifs janvier Paris 138

Manifs janvier Paris 145

Manifs janvier Paris 184

Manifs janvier Paris 199

Manifs janvier Paris 250

Manifs janvier Paris 262

Manifs janvier Paris 268

Manifs janvier Paris 271

Manifs janvier Paris 275

Manifs janvier Paris 291

Manifs janvier Paris 293

Manifs janvier Paris 299

Manifs janvier Paris 308

Manifs janvier Paris 311

Manifs janvier Paris 314

Manifs janvier Paris 312

Manif Pro IVG en soutien à l'Espagne

 

CC Blog

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s